Accueil du site > Arts > Matisse semi-goyesque

Matisse semi-goyesque

mardi 27 mai 2014, par Moumen Smihi

Centenaire de Matisse à Tanger

"The Cut-Outs" à la Tate Modern

Ce qu’on retrouve de Goya dans la peinture de Matisse, qui a parlé de cette appartenance, c’est la femme, la femme et le costume de l’"orientalité" (ici l’hispanité), la femme et la posture, la femme nue enfin.

Matisse est le peintre de la beauté, du calme, du luxe, des jeunes femmes et des intérieurs en fleurs, du voyage, de la soif de lumière, idéaux et désirs profonds de l’hédonisme du XX° siècle.

Ce qu’on ne retrouve pas de Goya dans Matisse, ce sont les ânes de l’Espagne tombée dans la décadence, misérable, obscurantiste, bigote et despotique, les ânes abhorrés du peintre des cauchemars moyenâgeux du XIX° siècle ibérique, plein de superstitions, de charlatans et de prêtres.

Tout film a une histoire, comment l’idée en est venu, comment on a fini par le réaliser, les histoires d’un film sont dans l’emboîtement infini et admirable des "Mille et Une Nuits".

Mes histoires de "AMAT" : quelques nus magnifiques (l’italienne B. sur une plage de l’Atlantique, l’algéroise F. B., la casablancaise Sh. B., le groupe de femmes touristes, 6 ou 7, avec un seul homme, leur chauffeur, un autre jour sur cette plage, jour terrible de grande soif de sexe), mais aussi si j’avais à en faire des gravures goyesques, en somme des portraits félliniens, ce serait : la productrice M., le régisseur F., Ph. S. le producteur, les jeunes costumiers, ...

Comment ça s’est fait ?

De retour du Caire, vivant le cruel rejet de "LDDC" à Rabat, cherchant à Paris à "rebondir", à surmonter le deuil : A. M. critique algérien me parle de la découverte des tableaux de Tanger au Musée de Los Angelès ; le catalogue en est éblouissant.

Déjeunant avec P-A B. (il venait de voir "CEDI"), je lance l’idée de projets de films pour son émission à "Arte" ; Matisse à Tanger le retient ; après quelques jours à la bibliothèque de Beaubourg, je lui montre un scénario. Le film est tourné deux mois après, au printemps 1993, à Tanger, Lille et Le Cateau-Cambrésis, et programmé sur France 3 au début de l’été.

1 Message

Répondre à cet article