Accueil du site > Dossier de presse > Les films

Les films

Dernier ajout : 20 novembre 2013.

Articles de cette rubrique

  • Les Hirondelles

    20 novembre 2013

    Sur le Web Dans la presse " Un beau film " (Internaute, 2008) " Voir et revoir les films de M. Smihi " (Internaute, 2009) " A cet égard, ce film est une immense réussite formelle ; fixement, frontalement, il filme le défilé des visiteurs dans la niche du salon marocain... De fait le réalisateur cherche depuis ses premiers films à exprimer l’espace domestique et les relations que les femmes entretiennent avec lui ". ( Marie Pierre, Zamane, avril 2012 (...)

  • "Tanjaoui"

    28 février 2013

    Une analyse du film. Par Habib Naciri بصمة المفاهيم في فيلم"الطنجاوي" للمخرج المغربي مومن السميحي. كتب بواسطة : الحبيب ناصري/ باحث مغربي on 14 شباط/فبراير 2013. من الأفلام التي عرضت في الدورة 14 للمهرجان الوطني للفيلم بطنجة، فيلم"الطنجاوي" لمومن السميحي، وهو فيلم من الممكن إدراجه ضمن سيرته الذاتية، بجانب مجموعة من أعماله، خصوصا فيلم العايل الأخير، الذي عرض هو الآخر في مسابقة رسمية سابقة للمهرجان الوطني بطنجة. الفيلم إطلالة على أجواء طنجة العائلية والاجتماعية والسياسية والثقافية، من زاوية السارد لهذه الحدوثة. مجوعة من الشخوص المغربية والفرنسية، في (...)

  • "Moumen Smihi et Tanger, des femmes, une histoire."

    5 novembre 2012

    une analyse de Marie Pierre, dans la revue marocaines mensuelle " Zamane, Histoire du Maroc ", n° d’avril 2012.

  • El Ayel, Le Gosse de Tanger

    8 juillet 2011

    Une enfance rebelle. « El Ayel » a créé l’événement. Le réalisateur Moumen Smihi a créé la surprise et l’événement lors de cette 5° édition du Festival International du Film de Marrakech. Son film « El Ayel » (2005) ou « Le Gosse de Tanger » ou encore « L’enfance révoltée », se distingue par une approche inhabituelle car en totale rupture avec les modèles reproduits. Il se distingue aussi par la recherche d’une spécificité et d’une identité culturelles pleinement assumées par l’auteur (...)

  • Chroniques marocaines

    8 juillet 2011

    Road movie narratif. Parmi les cinéastes qui ont contribué, à la fin des années 60, à la naissance du cinéma marocain d’une radicalité esthétique sans équivalent au Maghreb, Moumen Smihi figure figure en bonne place. L’oeuvre de ce cinéaste de cinquante-cinq ans compte sept long métrages depuis El Chergui ou le silence violent (1975). Réalisé en 1993 en 16 millimètres, sans le soutien du centre du cinéma marocain, Chroniques Marocaines est inédit dans son pays et n’a pu être distribué en France que grâce à (...)

0 | 5 | 10